Mots-clés :

Chaudières gaz : la filière inquiète et en colère

Depuis l’annonce de la première ministre Elisabeth Borne sur l’interdiction des chaudières fioul et gaz pour 2026, les professionnels de la filière s’inquiètent.
Par Actu énergie
12 juin 2023

L’UMGCCP le SYNASAV ou encore la Capeb déploraient cette semaine que la concertation annoncée par les pouvoirs publics n’ait toujours pas eu lieu.

La filière craint notamment le risque d'impasse technique que causerait l’interdiction de remplacer une chaudière en place par une autre chaudière gaz, y compris par un modèle plus performant.

«Force est de constater qu’aucune concertation n’a eu lieu et les propositions du rapport de France Stratégie, dont l’interdiction à échéance de 2026 du remplacement des chaudières gaz par une chaudière gaz à haute performance énergétique, reprises dans le cadre du Conseil national de la transition écologique en présence de madame la Première ministre, ne sont absolument pas réalistes», regrette l’UMGCCP.

Par ailleurs, à travers une lettre ouverte à la première ministre, le président du Synasav s’opposait également à l’exclusion des chaudières gaz.

Cette lettre ouverte attirait notamment l’attention du gouvernement sur les points suivants :

  • Former un technicien spécialiste de la chaudière à la thermodynamique coûte à l’entreprise environ 10 000 € par technicien, en intégrant l’outillage, les équipements de mesures, etc.  A cela s’ajoute la nécessité de changer de véhicules, pour des raisons de poids et de taille des équipements.
  • Le temps d’intervention pour une maintenance est beaucoup plus long pour une PAC : seules 4 pompes à chaleur peuvent être entretenues par jour et par technicien, contre 7 à 8 pour les chaudières.
  • Il faut veiller à ne pas déstabiliser les filières de formation. Avec 12 millions de foyers concernés, on ne basculera pas brutalement d’une technologie à une autre.

La bonne nouvelle

Agnès Pannier-Runacher, Ministre de la Transition énergétique, a confirmé au Sénat que la concertation aurait bien lieu prochainement.

 « Nous lancerons une concertation sur la baisse du gaz fossile dans le secteur du bâtiment, notamment pour se chauffer. Ouverte à tous, cette concertation permettra d'évoquer les leviers pour y parvenir ».

Sur le même sujet

La CRE fixe les tarifs des infrastructures gazières de transport et de stockage pour la période 2024-2027

La Commission de Régulation de l'Énergie a annoncé les nouveaux tarifs pour les infrastructures gazières de transport et de stockage, qui entreront en vigueur le 1er avril 2024 et resteront en place pendant quatre ans.

Thermostats connectés : une nouvelle prime gouvernementale pour l'économie d'électricité

À partir du 1er janvier 2024, les thermostats connectés permettront de réaliser de grandes économies d'électricité grâce à une prime gouvernementale fraîchement annoncée.
1 2 3 12
userscrossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram