Mots-clés :

COP28 : un accord mais pas de « sortie » des énergies fossiles

La COP28 de Dubaï s’est enfin terminée le 13 décembre par un accord sur une transition énergétique « hors » des énergies fossiles. Un accord certes historique, mais qui ne prévoit pas formellement une sortie ou une élimination progressive des énergies carbonées. Retour sur cet accord conclu entre les pays du monde entier.
Par Actu énergie
19 Déc 2023

La COP28 s’est finalement terminée après 1 jour de prolongation, le mercredi 13 décembre au matin. D’un coup de marteau, le Sultan al-Jaber, président émirati du sommet mondial pour le climat, a entériné la décision historique pour une transition énergétique, « hors » des énergies fossiles.

Un accord historique

Pour la première fois dans l'histoire des conférences sur le climat des Nations unies, une décision mentionne toutes les énergies fossiles, largement responsables du changement climatique.

Cet accord historique, issu d’âpres négociations, a été adopté par consensus à Dubaï, aucune voix ne s'élevant parmi les quelque 200 nations représentées en séance plénière avant le coup de maillet entérinant son adoption, saluée par de longs applaudissements.

Le Sultan Al Jaber a salué une décision "historique pour accélérer l'action climatique". Pour Emmanuel Macron, « L’accord de Dubaï est une étape importante ». Le président français se satisfait également de la mention de l’énergie nucléaire dans l’accord conclu mercredi. « Une reconnaissance historique et une victoire diplomatique pour la France » pour Agnès Pannier-Runacher, notre ministre de la Transition énergétique.

Transition et non « sortie » des énergies fossiles

Si les pays participants ont approuvé pour la première fois une feuille de route pour "abandonner les combustibles fossiles" (« transitioning away ») et atteindre la neutralité carbone en 2050, l'accord n’a pas répondu à l’appel de plus d'une centaine de pays et des milliers d'ONG en faveur d’une "élimination progressive" (« phase-out ») du pétrole, du charbon et du gaz. À ce jour, seule la "réduction" du charbon avait été actée à la COP26 à Glasgow.

Pour le climatologue François Gemenne, l’un des auteurs principaux du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), le compromis est historique et l’accord  conclu reste « ambitieux » et laisse imaginer « un futur largement décarboné pour les énergies fossiles ».

Vers un triplement des énergies renouvelables

Le texte contient également des objectifs visant le triplement des capacités d'énergies renouvelables et le doublement du rythme d'amélioration de l'efficacité énergétique d'ici 2030. L'accord incite aussi à accélérer le développement des technologies "zéro carbone" et "bas carbone", dont le nucléaire, l'hydrogène bas carbone et le captage et stockage du carbone.

L'enjeu est immense : tenter de maintenir le cap d'1,5°C de réchauffement de la planète à l'horizon 2100, conformément à l'Accord de Paris de 2015. Pourtant, selon une étude du Global Carbon Project, nous avons 1 chance sur 2 d’atteindre ce seuil d’ici seulement 7 ans. Nous pouvons espérer que suite à cet accord historique conclu, les pays du monde entier fassent mentir ces prévisions en accélérant leur transition énergétique décarbonée, pour sauver notre planète.

Sur le même sujet

Quels déchets peuvent être valorisés pour produire de l'énergie ?

La "valorisation énergétique" est une nouvelle notion apparue il y a quelques années et qui prend de plus en plus d’ampleur dans le contexte actuel de crise énergétique. Elle représente la récupération et la valorisation des déchets dans le but de les transformer en énergie. Des procédés vertueux pour l’environnement, pour l’économie locale et circulaire et pour réduire nos dépenses énergétiques. Le point sur les différents déchets pouvant être valorisés.

La stratégie française pour sortir des énergies fossiles d'ici 2050

Le gouvernement, par la voix de sa ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, a dévoilé sa stratégie énergétique à l’horizon 2050. Intitulée « Stratégie française pour l’énergie et le climat (SFEC) », elle s’appuie sur deux grands piliers pour sortir des énergies fossiles : les énergies renouvelables et la sobriété énergétique.
1 2 3 24
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram