Mots-clés :

La stratégie française pour sortir des énergies fossiles d'ici 2050

Le gouvernement, par la voix de sa ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, a dévoilé sa stratégie énergétique à l’horizon 2050. Intitulée « Stratégie française pour l’énergie et le climat (SFEC) », elle s’appuie sur deux grands piliers pour sortir des énergies fossiles : les énergies renouvelables et la sobriété énergétique.
Par Actu énergie
8 Déc 2023

La consommation d’énergie finale de la France est encore composée à 37% de pétrole et à 21% de gaz. C’est justement pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles que le gouvernement a dévoilé sa stratégie énergétique pour les remplacer et pour atteindre les objectifs climatiques européens et le zéro carbone à l’horizon 2050.

La « Stratégie française pour l’énergie et le climat (SFEC) », un document de 102 pages, sera soumis à la consultation publique de tous les Français jusqu’au 15 décembre. Agnès Pannier-Runacher a d’ores et déjà dévoilé les grandes lignes de cette stratégie s’appuyant sur deux grands piliers : les énergies renouvelables et la sobriété énergétique.

Favoriser les énergies renouvelables

Les énergies carbonées (pétrole, charbon, gaz) devront être peu à peu remplacées par des énergies renouvelables. Le gouvernement souhaite massivement investir pour favoriser la production de toutes les énergies renouvelables. Voici les grands axes de développement visés :

  • L’éolien en mer : une trentaine de parcs devraient voir le jour d’ici 2035, soit une puissance installée de 18 gigawatts (GW). Actuellement, un seul parc éolien offshore est en activité, au large du Croisic (Loire-Atlantique).
  • L’éolien terrestre: les capacités devraient doubler à 40 GW en 2035. Le gouvernement veut investir dans le « repowering », c’est-à-dire en remplaçant les anciennes éoliennes par des éoliennes plus puissantes.
  • L’énergie solaire photovoltaïque : elle va doubler son rythme annuel de nouvelles capacités, pour atteindre plus de 75 GW en 2035.
  • Le biogaz ou biométhane : le gaz issu de la valorisation de déchets agricoles, alimentaires ou industriels, devrait voir ses capacités multipliées par cinq d’ici 2030, afin d’atteindre 50 TWh.

Le nucléaire conservera une place majeure

En ce qui concerne le nucléaire, la ministre a affirmé que « tous les réacteurs seront maintenus en exploitation tant que les exigences de sûreté seront strictement respectées et en recherchant des gains de puissance là où cela est possible ».

Le gouvernement va lancer un nouveau programme de réacteurs, avec la construction de 6 EPR2, réacteurs nucléaire de dernière génération, et 8 supplémentaires dans un second temps. Un sujet sur lequel le président Emmanuel Macron a beaucoup insisté depuis plusieurs années et qui est inscrit dans cette stratégie énergétique.

Réduire de 40 à 50 % notre consommation d’énergie en 2050

Le deuxième grand pilier de la « Stratégie française pour l’énergie et le climat (SFEC) » consiste à miser sur la sobriété énergétique. Lors de l’hiver 2022-2023, face aux risques de coupures d’électricité qui planaient, le gouvernement avait demandé des efforts de sobriété énergétique à toute la population, aux entreprises comme aux collectivités. Grâce à cet effort collectif, prolongé même au-delà de l’hiver,  les consommations de gaz et d’électricité avaient diminué de 12% entre le 1er août 2022 et 31 juillet 2023 par rapport à la même période de 2018-2019 (avant Covid).

La ministre veut désormais que la sobriété énergétique devienne la norme et s’inscrire sur du long terme. Pour elle, « la sobriété va devenir un mantra des 30 années qui viennent ». La France devra ainsi réduire de 40 à 50 % sa consommation d’énergie en 2050 par rapport à 2021, et de -30 % en 2030 par rapport à 2012.

 

Vous pouvez consulter la « Stratégie française pour l’énergie et le climat » et envoyer votre contribution, sur la plateforme en ligne mise en place par le gouvernement.

Cette consultation publique devrait être intégrée dans la future loi sur la production d’énergie attendue début 2024.

Sur le même sujet

Quels déchets peuvent être valorisés pour produire de l'énergie ?

La "valorisation énergétique" est une nouvelle notion apparue il y a quelques années et qui prend de plus en plus d’ampleur dans le contexte actuel de crise énergétique. Elle représente la récupération et la valorisation des déchets dans le but de les transformer en énergie. Des procédés vertueux pour l’environnement, pour l’économie locale et circulaire et pour réduire nos dépenses énergétiques. Le point sur les différents déchets pouvant être valorisés.

COP28 : un accord mais pas de « sortie » des énergies fossiles

La COP28 de Dubaï s’est enfin terminée le 13 décembre par un accord sur une transition énergétique « hors » des énergies fossiles. Un accord certes historique, mais qui ne prévoit pas formellement une sortie ou une élimination progressive des énergies carbonées. Retour sur cet accord conclu entre les pays du monde entier.
1 2 3 27
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram