Mots-clés :

La solidarité énergétique européenne permettra de passer l'hiver

Face à la crise énergétique et le risque de pénurie de certaines énergies, les pays du Vieux-Continent peuvent compter sur la solidarité énergétique européenne. Grâce aux accords politiques et aux interconnexions entre les différents pays européens, des échanges d’énergie peuvent avoir lieu et éviter tout risque de blackout au sein de l’un des pays. La France va pour la première fois livrer du gaz à son voisin allemand, un exemple de cette solidarité énergétique en Europe.
Par Actu énergie
19 Oct 2022

La solidarité énergétique européenne figure dans le traité de Lisbonne de 2007. Elle a pour objectif le maintien d’une coopération des pays européens en cas de tensions d'approvisionnement en gaz ou en électricité. Un accord a de nouveau été signé le 26 juillet entre les chefs d'Etat européens, pour rappeler  le principe de solidarité indispensable entre les pays.

Dans le cadre de cette solidarité, un accord politique a été conclu entre Emmanuel Macron et Olaf Scholz, le chancelier allemand, pour que nos deux pays bénéficient de « la solidarité européenne en matière d'électricité dans les semaines et les mois qui viennent ».

C'est aussi la solidarité énergétique qui a poussé cet été les 27 pays de l’Union européenne à s'entendre sur le principe d'une réduction "volontaire" de 15% de la consommation de gaz naturel jusqu'à mars 2023.

Des interconnexions entre pays européens

Plus de 400 interconnexions relient les Etats européens entre eux, leur permettant de s’échanger du gaz et de l’électricité en permanence, selon leurs besoins. C’est particulièrement le cas pour l’électricité, où les besoins des pays peuvent différer selon les saisons.

Par exemple l'Espagne consomme davantage d'électricité l'été que l'hiver. C'est l'inverse pour la France, qui exporte donc à son voisin espagnol durant la période estivale, "ce qui permet de rentabiliser notre parc nucléaire » nous glisse Thomas Pellerin-Carlin, directeur du programme Europe à l'Institut de l'économie pour le climat (I4CE). Ce système "gagnant-gagnant" profite également aux fournisseurs d'énergie français, comme EDF, qui peuvent vendre une partie de leur production à l'étranger.

En retour, la France peut compter sur la production de ses voisins pour compléter ses besoins durant les mois les plus froids. Ces flux permettent de faire face aux variations de consommation d'énergie au sein d'une même journée. "Sans ce système d'interconnexions, on aurait des délestages permanents", estime Thomas Pellerin-Carlin.

Principalement des exportations françaises d’électricité et importations de gaz

La France dispose d’une cinquantaine d’interconnexions transfrontalières, lui permettant d'échanger de l'électricité avec la Grande-Bretagne, la Suisse, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et le Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg). Jusqu'à l'an dernier, notre pays était le premier exportateur européen net d'électricité.

En 2021, d’après les données de RTE, la France a livré davantage d'électricité à ses voisins (87,1 térawattheures) qu'il n'en a importé (44 TWh). Les principales exportations étaient à destination de la Suisse (21,7 TWh), de la Grande-Bretagne (19,7 TWh) et de l'Italie (18,8 TWh). A l'inverse, la France a majoritairement reçu de l'électricité venue de l'Allemagne et Benelux (22,2 TWh) ainsi que d'Espagne (8,7 TWh).

La France importe la quasi-totalité de son gaz. Elle bénéficie d'apports massifs venus de Norvège, acheminés grâce à une interconnexion située à Dunkerque (Nord), et de gaz naturel liquéfié (GNL) depuis les États-Unis, qui lui ont permis en partie de remplir ses stocks hivernaux à 100%. Les interconnexions permettent aussi de recevoir du gaz de Russie (17% des importations avant le début de la guerre) ou d'Algérie (8%).

Premières livraisons de gaz vers l’Allemagne

Actuellement, la France détient plus de gaz que son voisin d’outre-Rhin. Elle a commencé à livrer du gaz à l'Allemagne le jeudi 13 octobre, directement via le point d'interconnexion à la frontière franco-allemande à Obergailbach (Moselle). GRTgaz a adapté son réseau et a inversé le sens de circulation du gaz dans les tuyaux. Jusque-là, ils transportaient du gaz vers la France, notamment en provenance de Russie.

Le Président Macron et le chancelier Scholz ont convenu que la France livre davantage de gaz à l'Allemagne, qui pourrait nous fournir en retour de l'électricité afin de compenser notre faible production nucléaire actuelle, qui fragilise notre autonomie énergétique.

 

Cette solidarité européenne pour les énergies est indispensable et vitale pour nos pays si interdépendants et qui vont devoir faire face à la période hivernale dans un contexte énergétique difficile. Il est primordial donc de la préserver pour s’assurer un hiver sans coupures ou délestages.

Sur le même sujet

Comment EDF veut augmenter sa production nucléaire d'ici 2030

Pour faire face à la croissante et massive électrification de nos usages, mais aussi satisfaire pleinement la demande en électricité actuelle, EDF va devoir augmenter sa production nucléaire. Il doit impérativement retrouver un volume de production nucléaire autour de 360 térawattheure en 2030, contre 280 TWh en 2022 ! L’électricien national promet même d’aller jusqu’à 400 TWh ! Mais comment compte-t-il s’y prendre ? Voici quelques éléments de réponse.

La CRE veut éviter les abus des fournisseurs d'électricité

Depuis 2 ans, des abus de la part de fournisseurs d’électricité sont relevés. De très fortes hausses de tarifs, imprévues voire même masquées, ont impacté des clients désabusés dont certains fuient désormais les fournisseurs alternatifs. Alors la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a décidé d’encadrer les conditions contractuelles et de clarifier les offres disponibles, pour éviter les abus de ces fournisseurs.
1 2 3 15
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram