Mots-clés :

Le G20 divisé sur la sortie des énergies fossiles

Réunis à New Delhi les 9 et 10 septembre, les membres du G20 se sont engagés en faveur du triplement de la production d’énergies renouvelables d’ici 2030, afin d’enrayer la crise climatique. Malheureusement, cette annonce n’éclipse pas l’absence de prise de position concernant la production de gaz et pétrole. Le point sur la division qui règne au sein des puissances mondiales sur ce sujet majeur pour notre planète.
Par Actu énergie
19 Sep 2023

Le sommet du G20 était organisé les 9 et 10 septembre à New Delhi en Inde. Il rassemblait les dirigeants des 20 plus grandes puissances mondiales, afin notamment d’évoquer l’action climatique, à moins de trois mois de la COP28 de Dubaï. Le rôle des énergies fossiles dans l’accélération de la crise climatique devrait y être largement discuté.

Les membres du G20 ont brillé par une absence de décisions concernant une sortie des énergies fossiles, jugée pourtant « indispensable » par l’ONU Climat dans son premier bilan d‘étape de l’Accord de Paris.

Aucun engagement sur une possible sortie des énergies fossiles

Les pays du G20 émettent à eux-seuls 80% des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Pourtant, dans sa déclaration finale, le G20 s’est contenté d’appeler à "accélérer les efforts vers la réduction de la production d'électricité à partir de charbon", sans évoquer ni le pétrole ni le gaz.

Ce manque d’engagement supplémentaire sur ces énergies fossiles est dénoncé par certaines ONG comme Réseau Action Climat International ou encore Global Citizen, qui dénonce « un très mauvais signal pour le monde ».

Parmi les Etats membres du G20 se trouvent de grands producteurs de pétrole tels que l'Arabie saoudite, la Russie ou les Etats-Unis, indubitablement réticents à une limitation de la consommation, malgré les conséquences climatiques désastreuses qu’elle engendre.

Tripler la production d’énergies renouvelables

Pour respecter l’objectif de l’accord de Paris pour le climat, à savoir limiter le réchauffement à 1,5°C, les dirigeants reconnaissent néanmoins le besoin de réduire rapidement les émissions de 43% d’ici 2030.

Les membres du G20 ne se sont mis d’accord que sur le strict minimum, à savoir une réduction progressive du charbon et encourager les efforts et projets pour tripler la production d’énergies renouvelables d’ici 2030. Un objectif qui semble atteignable et qui devrait trouver un consensus lors de la COP28.

Le président de la COP28, le Sultan Al Jaber, salue un « signal fort en faveur du progrès climatique » concernant les énergies renouvelables. Mais sa vision (faussement) optimiste cache en réalité une position très décriée, le président étant le ministre de l’Industrie émirati, patron de la compagnie nationale pétrolière ADNOC. Début mai, lors d’un évènement pré-COP en Allemagne, le Sultan avait appelé à être « réaliste » face aux besoins en énergies fossiles.

La France et l’Union européenne pousse pour une sortie du pétrole

Une position et un constat que ne partage pas la France. Emmanuel Macron a jugé « insuffisants » les résultats du sommet du G20 en Inde. Le président appelle à sortir beaucoup plus vite du charbon au niveau mondial d’ici 2030.

Une coalition de pays menée par les Îles Marshall, soutenue par l’Union européenne et la France, travaille pour obtenir une date de sortie du pétrole bien avant 2050. Mais les intérêts économiques de certaines puissances pétrolières mondiales laissent craindre une non-décision et un absence de reconnaissance de l’urgence climatique.

Le sommet du G20 aurait dû être l’occasion pour les dirigeants des grandes puissances de fixer des objectifs ambitieux pour préserver le climat. Aucun engagement déterminant une sortie claire des énergies fossiles à horizon moyen ou long terme n’a été pris, ce qui n’augure rien d’optimiste quant au réchauffement climatique qui nous touche.

Sur le même sujet

Quels déchets peuvent être valorisés pour produire de l'énergie ?

La "valorisation énergétique" est une nouvelle notion apparue il y a quelques années et qui prend de plus en plus d’ampleur dans le contexte actuel de crise énergétique. Elle représente la récupération et la valorisation des déchets dans le but de les transformer en énergie. Des procédés vertueux pour l’environnement, pour l’économie locale et circulaire et pour réduire nos dépenses énergétiques. Le point sur les différents déchets pouvant être valorisés.

COP28 : un accord mais pas de « sortie » des énergies fossiles

La COP28 de Dubaï s’est enfin terminée le 13 décembre par un accord sur une transition énergétique « hors » des énergies fossiles. Un accord certes historique, mais qui ne prévoit pas formellement une sortie ou une élimination progressive des énergies carbonées. Retour sur cet accord conclu entre les pays du monde entier.
1 2 3 24
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram