Mots-clés :

Le Gouvernement mise sur les "métaux critiques"

Suite à l’appel à projets « Métaux Critiques » de France 2030, le gouvernement a divulgué les 5 premiers projets sélectionnés. Ils contribueront à l’avenir énergétique de notre pays et à l’objectif industriel d’une production française de véhicules électriques.
Par Actu énergie
10 Nov 2022

Les métaux dits critiques (lithium, nickel, cobalt, tantale, cuivre etc.) sont des éléments clés des technologies de la transition écologique, notamment pour le développement et le déploiement de véhicules électriques (batteries, moteurs électriques, etc.). Actuellement, l’Europe et la France importent 100% du lithium dont elles ont besoin. L’approvisionnement sera donc de plus en plus stratégique pour notre industrie et notre économie.

C’est pour accélérer cette transition énergétique que le Gouvernement a mis en place le plan France 2030. Celui-ci prévoit 1 milliard d’euros d’investissements pour déployer des projets de production et de recyclage de ces matériaux sur le sol français et assurer ainsi l’approvisionnement des industriels français en métaux critiques.

Le 10 janvier 2022, le Gouvernement avait ainsi lancé un premier appel à projets de production, raffinage ou recyclage de ces « métaux critiques ».

5 projets sélectionnés et subventionnés

Les ministres Bruno Le Maire, Agnès Pannier-Runnacher et Roland Lescure ont annoncé les 5 premiers projets industriels sélectionnés. Ils bénéficieront d’une aide de près de 100 millions d’euros pour soutenir leur développement. Ces projets concernent la production de lithium et le recyclage de métaux critiques contenus dans les batteries lithium-ion (nickel, cobalt, lithium) et permettront de sécuriser une chaîne d’approvisionnement bas carbone et à basse empreinte environnementale pour les 3 premières gigafactories de batteries prévues en France.

Bruno Le Maire a déclaré : « Notre objectif est de renforcer la souveraineté industrielle de la France et en particulier la résilience de ses chaines d’approvisionnement en métaux critiques. Les 5 entreprises sélectionnées seront aidées à hauteur de 94 millions d’euros par l’Etat. »

Les projets sélectionnés sont :

  • Imerys – Extraction de lithium à Echassières (Allier) : la première exploitation minière de lithium en France sur le site de production de Kaolin. Il devrait permettre de fournir l’équivalent de 700 000 véhicules par an en lithium.
  • Viridian – Raffinage de lithium à Lauterbourg (Bas-Rhin): la première raffinerie française de lithium. Viridian vise une production de 25 000 tonnes d’hydroxyde de lithium par an dès 2025, puis à terme, de satisfaire la demande pour la production de 2 millions de véhicules électriques par an.
  • Eramet – Recyclage de batteries : projet de recyclage des batteries Li-ion à grande échelle. Il ambitionne de développer une filière française pour le recyclage de lithium et d’améliorer l’autonomie stratégique pour les matériaux actifs de batteries que sont le nickel, le cobalt et le lithium.
  • Sanou Koura - Extraction des métaux critiques contenus dans les déchets électroniques à Donchéry (Ardennes): première usine capable de valoriser tous les métaux contenus dans les déchets électroniques.
  • WEEECycling - Extraction des métaux critiques contenus dans les déchets électroniques à Tourville les Ifs (Seine-Maritime): vise à permettre à une multiplication par 10 de sa production de métaux critiques à partir de déchets électroniques tout atteignant un quasi autosuffisance d’un point de vue énergétique. Il contribue ainsi à améliorer l’autonomie stratégie française sur les métaux critiques.

L’objectif final : produire des véhicules électriques français

Le Ministre de l’Economie précise que tous ces projets autour des « métaux critiques » permettront de produire du lithium en France ou encore de recycler les métaux rares contenus dans les batteries automobiles et les appareils électroniques.

Ces projets contribueront ainsi à l’objectif défini par le Gouvernement de produire 2 millions de véhicules électriques et leurs principaux composants par an en France en 2030. Au total, ce sont 5 milliards de fonds publics qui seront mobilisés pour aider au développement de toutes ces technologies et soutenir le déploiement des véhicules électriques.

Déjà des voix s’élèvent pour dénoncer la stratégie du tout électrique du Gouvernement risquant de délaisser financièrement certaines filières énergétiques pourtant prometteuses et dénoncer également le coût important et élevé de des véhicules électriques risquant d’exclure

Sur le même sujet

Vers une nouvelle modification du DPE ?

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, envisagerait une modification du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) très critiqué depuis sa mise en place. Le manque de fiabilité et le mode de calcul du DPE actuel sont contestés. Pourtant, certains ministères estiment le DPE fiable et n’envisagent pas de modification à court terme. Le point sur ce sujet qui divise au sein même du gouvernement.

Eoliennes en mer, pourquoi ça coince?

Le développement de l’éolien offshore doit contribuer à la transition énergétique de la France et à augmenter sa production d’électricité renouvelable. Pourtant, les projets de parcs éoliens en mer sont à la traine et notre pays accuse déjà du retard sur ses voisins européens. Forte mobilisation des opposants, manque de consultation préalable et problème de planification… Les explications.
1 2 3 8
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram