Mots-clés :

Le prix de l'électricité explose !

Le prix de gros de l’électricité s’est envolé ces dernières semaines. La raison ? Les menaces de pénurie de gaz en Europe, l’arrêt de nombreux réacteurs nucléaires français et une crise énergétique qui se prolonge. Pour l’instant, les Français sont épargnés par cette très forte hausse grâce au bouclier tarifaire, mais qu’adviendra-t-il à partir de février 2023 ?
Par Actu énergie
12 Sep 2022

Comment fonctionne le marché de l’électricité ?

En France, l'électricité provient très majoritairement des centrales nucléaires et des importations en provenance d’autres pays européens, notamment d’Allemagne, lorsqu’elle est moins chère ou en cas de panne ou maintenance de nos réacteurs nucléaires.

L'électricité est vendue et achetée sur le marché de gros qui s’adresse aux producteurs d’électricité (centrales électriques) et aux fournisseurs qui s’approvisionnent en électricité pour la vendre aux particuliers et aux entreprises. Ils peuvent acheter ou vendre de l'énergie soit la veille pour le lendemain (marché spot) ou pour les jours, les semaines et même les années à venir (marché à terme). C’est ainsi que le prix du mégawattheure d’électricité pour 2023 en France a d’ores et déjà dépassé les 1000 €.

Les fournisseurs historiques, comme EDF, ou les fournisseurs alternatifs proposent ensuite des contrats aux consommateurs selon différents tarifs (tarifs réglementés, tarifs fixes…).

1000 euros le mégawattheure (MWh), un record !

Le vendredi 26 août, le prix de gros de l’électricité pour 2023 en France a atteint un nouveau record : 1000 euros le mégawattheure (MWh) contre environ 85 euros l’an passé.

Cette envolée du prix de l’électricité résulte de la crise énergétique qui touche toute l’Europe actuellement. Les principaux facteurs sont :

  • L’augmentation du tarif du gaz à cause de la guerre en Ukraine et la menace d’une coupure totale de livraison de gaz russe, laissant craindre une pénurie de gaz en Europe.
  • La production très réduite d’électricité nucléaire en France, en raison de nombreux réacteurs à l’arrêt ou en maintenance, touchés par la corrosion ou à cause de la sécheresse estivale qui oblige à une réduction de l’activité nucléaire.

La production électrique s’ajuste en temps réel à la demande. Le prix de l’électricité est déterminé par les coûts de la dernière centrale appelée pour assurer l’équilibre entre l’offre et la demande. Depuis 2021, l’activité économique a activement repris, entraînant une forte demande en électricité qui a nécessité la mise en service de centrales à gaz, dont le coût a fortement augmenté. En Europe, le gaz permet produire une grande quantité d'électricité et l'énergie hydraulique cale souvent son prix sur le gaz. Ainsi les prix augmentent partout quand le prix du gaz augmente.

Quelles conséquences pour les consommateurs ?

Pour le moment le bouclier tarifaire mis en place par le Gouvernement en 2022 permet de limiter l’inflation du prix de l’électricité à 4%. Jusqu’en février 2023. En effet, la mesure qui a déjà coûté environ 20 milliards d’euros ne devrait pas s‘étendre au-delà.

La flambée du prix de gros de l’électricité pourrait entraîner une hausse entre 30 et 40% des prix régulés dès février. Impactant ainsi fortement les Français.

La Première Ministre, Elisabeth Borne, a annoncé que l’inflation de l’électricité et du gaz serait « contenu » pour ne pas impacter les consommateurs. Des dispositions sont donc attendues pour faire face à cette hausse prévue en février 2023. En attendant, le Gouvernement prône une baisse de la consommation d’énergie par tous, particuliers, entreprises et collectivités.

Par ailleurs, la Première Ministre a également mis la pression sur EDF pour que certains réacteurs nucléaires à l’arrêt pour travaux et/ou maintenance soient réouverts dès cet automne et donc plus rapidement que prévu pour compenser la prévisible hausse de consommation liée à l’arrivée des températures moins clémentes.

Mais ces dispositions seront-elles suffisantes dans le temps ou faut-il s’attendre à d’autres effets face à cette envolée des tarifs ? Des coupures industrielles, une baisse de tension généralisée du réseau voire des coupures ciblées pourraient être envisagées. Et fortement impacter les consommateurs comme les entreprises.

Sur le même sujet

Nos astuces pour réduire sa facture d’électricité

Les factures d’électricité ne cessent d’augmenter et malheureusement, la hausse va se poursuivre l'an prochain... Quelques astuces et bons réflexes permettent de réduire sa consommation de l’électricité.

Comment EDF veut augmenter sa production nucléaire d'ici 2030

Pour faire face à la croissante et massive électrification de nos usages, mais aussi satisfaire pleinement la demande en électricité actuelle, EDF va devoir augmenter sa production nucléaire. Il doit impérativement retrouver un volume de production nucléaire autour de 360 térawattheure en 2030, contre 280 TWh en 2022 ! L’électricien national promet même d’aller jusqu’à 400 TWh ! Mais comment compte-t-il s’y prendre ? Voici quelques éléments de réponse.
1 2 3 25
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram