Mots-clés :

Eolien, solaire, hydrogène vert... l'Espagne pousse à fond les énergies renouvelables !

Notre voisin ibérique a défini sa transition énergétique comme une priorité absolue. L’Espagne prévoit en effet d’atteindre 42 % d’énergies renouvelables dans sa consommation finale d’énergie d’ici 2030. Elle est déjà largement en avance sur certains voisins européens et elle mène des politiques énergétiques d’envergure : sortie du charbon, fermeture des centrales nucléaires, interdiction des véhicules diesel, essence ou hybrides, accélération de la production d’énergies renouvelables, particulièrement le solaire et l’hydrogène vert. Focus sur la stratégie énergétique ambitieuse de l’Espagne.
Par Actu énergie
5 Juil 2023

Il y a encore quelques années, le charbon était utilisé en Espagne comme principale source d’énergie pour la production d’électricité. Aujourd’hui, les énergies renouvelables, particulièrement le solaire et l’éolien, représentent la majeure partie de l’électricité produite, avec un total de 5,9 GW produit en 2022.

Les énergies renouvelables peuvent régulièrement atteindre entre 70 % et 80 % de la production totale sur une journée. Le territoire espagnol est vaste, balayé par les vents, et il bénéficie d'une moyenne annuelle de plus de 2 500 heures d'ensoleillement. Il arrive même que des conditions exceptionnelles entraînent des pointes de production proches de 100% ! Ce fut le cas le 16 mai dernier où la production d’électricité solaire, éolienne et hydraulique a dépassé la demande totale en énergie dans le pays.

Selon Red Eléctrica de España (REE), fournisseur public d’électricité, les énergies renouvelables pourraient représenter 50 % de la production annuelle d’électricité en 2023. Les énergies éolienne et solaire pourraient atteindre à elles seules 42 %.

Une politique ambitieuse en matière d’énergies renouvelables

Ces prévisions positives résultent d’une politiquer énergétique ambitieuse menée par l’Espagne. En 2019, le pays a adopté le Cadre stratégique pour l’énergie et le climat, comprenant le Plan national intégré pour l’énergie et le climat 2021-2030 (Pnec), définissant les objectifs du pays pour 2030 en matière d’efficacité énergétique, d’énergies renouvelables et d’émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le gouvernement espagnol ambitionne de réduire ses émissions de GES de 23 % en 2030 (par rapport au niveau de 1990) et il souhaite améliorer l’efficacité énergétique de 39,5 % en 2030. Nos voisins envisagent également d’interdire la vente de voitures diesel, essence et hybrides en 2040.

Grâce à ce plan pour l’énergie et le climat et sa loi sur le changement climatique adoptée en 2021 par les parlementaires, l’Espagne vise la neutralité carbone à horizon 2050.

Le pays ibère se fixe des objectifs ambitieux : dans le domaine des renouvelables, il prévoit d’atteindre 42 % d’énergies renouvelables dans sa consommation finale d’énergie d’ici 2030, ainsi que 74 % dans son bouquet électrique. Il vise également 100 % de renouvelables dans sa production d’électricité d’ici 2050. Pour y parvenir, l’Espagne envisage de sortir du charbon d’ici 2030, ainsi que de fermer toutes ses centrales nucléaires entre 2025 et 2035.

Futur leader européen de l’hydrogène vert ?

Nos voisins espagnols veulent également se concentrer sur le développement de l’hydrogène vert. Le gouvernement s’est fixé l’objectif de développer 4 GW d’électrolyseurs d’ici 2030 pour la production d’hydrogène à partir d’énergies propres.

Pouvant s’appuyer sur une production en hausse de son électricité d’origine éolienne et solaire, l’Espagne pourrait se positionner comme le futur leader européen de la production d’hydrogène vert. Le pays dispose aujourd'hui d'une capacité de 15,5 GW, alors que son objectif initial pour 2030 était de 4 GW ! Le prix de l’énergie solaire produite en Espagne est suffisamment bas pour que le coût de production de l’hydrogène vert reste compétitif, par rapport à l’hydrogène « gris », très polluant car produit à partir du gaz naturel.

Les pays européens veulent collaborer pour développer la production de cette énergie verte, malgré des désaccords sur la place du nucléaire dans la production de l’hydrogène vert. Un accord pour la construction d’un pipeline d’hydrogène d’ici 2030 a même été signé entre l’Espagne, le Portugal, la France et l’Allemagne. Baptisé H2Med, il permettrait de transporter 2 millions de tonnes d'hydrogène annuelles.

 

Un potentiel considérable à exploiter par les ibères, mais aussi une opportunité qui permettrait aux pays européens de s’affranchir davantage encore des combustibles fossiles. L’hydrogène vert pourrait ainsi jouer un rôle majeur pour renforcer la sécurité énergétique européenne, mais aussi pour atteindre la neutralité carbone, l’Europe comptant produire 10 millions de tonnes métriques d’hydrogène renouvelable d’ici 2030. L’Espagne y jouera très certainement un rôle central.

Sur le même sujet

Quels déchets peuvent être valorisés pour produire de l'énergie ?

La "valorisation énergétique" est une nouvelle notion apparue il y a quelques années et qui prend de plus en plus d’ampleur dans le contexte actuel de crise énergétique. Elle représente la récupération et la valorisation des déchets dans le but de les transformer en énergie. Des procédés vertueux pour l’environnement, pour l’économie locale et circulaire et pour réduire nos dépenses énergétiques. Le point sur les différents déchets pouvant être valorisés.

COP28 : un accord mais pas de « sortie » des énergies fossiles

La COP28 de Dubaï s’est enfin terminée le 13 décembre par un accord sur une transition énergétique « hors » des énergies fossiles. Un accord certes historique, mais qui ne prévoit pas formellement une sortie ou une élimination progressive des énergies carbonées. Retour sur cet accord conclu entre les pays du monde entier.
1 2 3 27
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram