Mots-clés :

La stratégie des communes françaises pour assurer leur autonomie énergétique

Face à la hausse des prix des énergies depuis le début de la crise énergétique en 2022, les communes françaises ont pris des mesures pour réaliser des économies d’énergie. Nombre d’entre elles ont également décidé d’investir pour produire leur propre énergie afin d’alimenter les bâtiments et habitations de leur territoire. Nos collectivités misent beaucoup sur les énergies renouvelables, notamment l’installation de panneaux solaires, afin d’assurer leur autonomie énergétique et limiter l’impact de l’inflation des énergies. Retour sur la stratégie et les investissements des communes françaises en matière d’énergie.
Par Actu énergie
12 Mai 2023

L’inflation des énergies n’a pas impacté que les particuliers et les entreprises depuis le début de la crise. Les collectivités territoriales aussi ont vu leur facture énergétique flamber depuis plus d’un an.

Alors quelles solutions envisager pour réduire ces dépenses énergétiques qui peuvent plomber les finances de nos communes ?

Réduction de la consommation électrique pour faire baisser la facture, investissements dans des installations de production d’énergie renouvelable et locale… plusieurs stratégies ont été adoptées par les communes pour garantir leur autonomie énergétique.

Produire sa propre énergie pour limiter les coûts

Conscientes de l’utilité de produire leur propre électricité pour faire baisser leur facture électrique, de nombreuses communes françaises ont choisi le photovoltaïque. C’est particulièrement le cas pour les collectivités du sud de la France, qui bénéficient d’un plus grand taux d’ensoleillement.

Lors du Salon des Maires en novembre 2022, des élus de Reynes, Raissac d’Aude ou Moussan, petites communes d’Occitanie, nous confiaient avoir investi dans l’installation de panneaux photovoltaïques pour alimenter électriquement leur commune. Bien  qu’intermittente, l’énergie solaire représente l’une des solutions la plus plébiscitées sur nos territoires.

Installés sur les toits des bâtiments publics, des stades municipaux ou encore des parkings, les panneaux solaires assurent ainsi un apport conséquent en électricité produite localement et assurément plus écologique. Certaines communes comme Argelès-Gazost dans les Hautes-Pyrénées ambitionnent même d’atteindre l’autoconsommation totale, en n’utilisant que leur propre électricité, leur permettant de réduire considérablement leur facture énergétique !

Photovoltaïque, biométhane, géothermie… les énergies renouvelables ont la côte

Si l’énergie solaire s’impose comme une évidence pour une grande majorité de communes soucieuses de produire leur propre énergie, d’autres sources pour la production d’énergies renouvelables se développent sur nos territoires.

La méthanisation est un exemple de technologie sur laquelle de nombreuses collectivités misent. En milieu rural, des groupes de communes vont favoriser l’implantation d’unités de méthanisation afin de valoriser les déchets agricoles mais aussi ménagers et industriels d’un territoire. Le biométhane produit permettra d’assurer une partie du chauffage des bâtiments ou habitations de la zone.

De nombreuses métropoles de l’Hexagone ont également fait le choix du biométhane et investissent pour la valorisation des boues dans leurs stations d’épuration, afin de produire puis réinjecter du biométhane dans le réseau de gaz. Lyon, Marseille, Toulouse, Clermont-Ferrand, Nîmes font notamment partie de ces grandes agglomérations misant sur ce biogaz. La méthanisation permet de produire une énergie locale et renouvelable, favorisant l’économie circulaire et réduisant les coûts liés au chauffage des bâtiments publics.

D’autres communes françaises à la recherche d'alternative pour leur chauffage s’orientent vers la géothermie de surface, une méthode de production de chauffage à partir de la chaleur contenue dans les sous-sols. Il existe actuellement en France environ 200 000 installations de géothermie de surface, qui peuvent chauffer des bâtiments collectifs ou des logements individuels, mais cette technologie vertueuse est encore trop peu valorisée.

En revanche, de nombreux projets de production de chaleur ou d’électricité par géothermie profonde sont en cours, en Ile-de-France, en Guadeloupe, en Alsace, dans le Massif Central, dans les Pyrénées, dans la Vallée du Rhône et à la Réunion. Malheureusement certains suscitent des inquiétudes et sont actuellement à l’arrêt en raison de séismes provoqués par les forages, notamment en Alsace.

A la recherche des économies d’énergie

Et si finalement la meilleure solution n’était pas de mieux consommer et contribuer à la sobriété énergétique réclamée par le Gouvernement ? En tout cas, la très grande majorité des communes a pris conscience de l’importance de réaliser des économies d’énergie, à la fois pour le portefeuille de la collectivité, mais aussi pour préserver notre environnement.

Extinction de l’éclairage public à partir d’une certaine heure de la nuit, baisse de la température de chauffage des bâtiments communaux, choix d’équipements plus économiques et moins énergivores… les mesures pour réaliser des économies sont nombreuses et participent à l’effort collectif en matière de sobriété énergétique. En réduisant leur consommation, les communes maîtrisent leurs dépenses énergétiques et s’assurent une certaine sécurité face à la fluctuation des marchés des énergies.

 

En misant sur les énergies renouvelables et locales, particulièrement en installant des panneaux photovoltaïques, tout en limitant leur consommation énergétique, les villes réduisent leur empreinte carbone et réalisent des économies en consommant leur propre énergie. Une stratégie suivie par de plus en plus de communes et de métropoles tant elle présente d’avantages à la fois économiques, écologiques et garantissant leur indépendance énergétique.

Sur le même sujet

Quels déchets peuvent être valorisés pour produire de l'énergie ?

La "valorisation énergétique" est une nouvelle notion apparue il y a quelques années et qui prend de plus en plus d’ampleur dans le contexte actuel de crise énergétique. Elle représente la récupération et la valorisation des déchets dans le but de les transformer en énergie. Des procédés vertueux pour l’environnement, pour l’économie locale et circulaire et pour réduire nos dépenses énergétiques. Le point sur les différents déchets pouvant être valorisés.

COP28 : un accord mais pas de « sortie » des énergies fossiles

La COP28 de Dubaï s’est enfin terminée le 13 décembre par un accord sur une transition énergétique « hors » des énergies fossiles. Un accord certes historique, mais qui ne prévoit pas formellement une sortie ou une élimination progressive des énergies carbonées. Retour sur cet accord conclu entre les pays du monde entier.
1 2 3 23
Le site d'information pour les professionnels de l'énergie.
© actuenergie.fr 2024 -
Mentions légales
-
CGU
-
Plan de site
userscrossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram